Maigrir en 1 mois otite média

Ces derniers risquent 10 fois moins d'être hospitalisés pour une quelconque infection bactérienne sévère, et 4 fois moins de présenter une bactériémie ou une méningite 7.

Maigrir en 1 mois otite média

La différence est particulièrement dramatique dans les pays pauvres où les maladies infectieuses sont responsables de l'immense majorité des morts infantiles.

Les maladies diarrhéïques Toutes les études montrent que les enfants nourris exclusivement au sein ont beaucoup moins de risque d'avoir des maladies diarrhéïques que les autres. L'une d'elles 8 montre que dans les pays développés, les enfants allaités ont un taux de maladie diarrhéïque trois fois moins élevé, et un taux de gastro-entérite sévère à rotavirus cinq fois moins élevé. Même dans nos pays, l'allaitement maternel reste le meilleur moyen de prévention envers l'entérocolite ulcéronécrosante des prématurés.

Cette maladie est 20 fois moins fréquente chez les bébés allaités 9. Cette protection s'explique par l'effet combiné de deux facteurs : exposition moindre aux agents infectieux et propriétés protectrices du lait maternel.

Ces facteurs de protection sont multiples lactoferrine, facteur bifidus, enzymes, immunoglobulines Nous ne parlerons ici que des IgA, qui recouvrent la muqueuse intestinale "comme du badigeon" et la rendent imperméable aux germes pathogènes. De plus, il est désormais évident qu'il existe un cycle broncho-mammaire et entéro-mammaire qui permet la production d'anticorps spécifiques chaque fois qu'un germe pathogène pénètre dans l'organisme maternel, anticorps qui se retrouvent dans le lait que le nourrisson reçoit Ceci est bien sûr valable pour toute sorte de bactéries et de virus, et pas seulement pour ceux responsables des maladies diarrhéïques.

Et il est donc particulièrement mal venu de dire à une mère atteinte de grippe ou de gastro-entérite qu'il faut qu'elle sèvre son bébé, car c'est justement en continuant à l'allaiter qu'elle peut le mieux le protéger. Il est d'ailleurs fréquent de constater que dans une famille dont tous les membres souffrent les uns après les autres de gastro-entérite, seul le bébé allaité y échappe. Les affections respiratoires basses aiguës Les infections respiratoires sont elles aussi beaucoup moins fréquentes chez les enfants allaités.

La protection apportée par le lait maternel est particulièrement évidente vis-à-vis des maladies pulmonaires sévères. Le virus respiratoire syncytial est la pathologie sévère la plus souvent rencontrée il est cause de bronchioliteset il est démontré que l'allaitement apporte une protection efficace envers ce virus Une étude portant sur une très large population d'enfants américains a montré qu'en ce qui concerne les enfants âgés de 1 à 2 ans, l'allaitement protège contre la pneumonie et que l'introduction précoce des aliments solides augmente la probabilité de contracter une pneumonie La sphère ORL Tous les parents savent à quel point les rhinites, pharyngites, laryngites et otites peuvent être nombreuses, répétitives, douloureuses et handicapantes chez les tout-petits.

Les études ont été particulièrement nombreuses sur la protection apportée par l'allaitement vis-à-vis de l'otite moyenne. C'est ainsi que plus de enfants de Tucson Arizona ont été régulièrement suivis pendant leur première année A tous les âges, la fréquence des otites diminuait significativement et parallèlement à l'augmentation de l'incidence et à la durée de l'allaitement.

D'autres études ont trouvé que les otites seraient trois fois moins fréquentes chez les enfants allaités Il existe diverses explications possibles à cet effet protecteur. Ici aussi, les anticorps du lait maternel jouent certainement un rôle, ainsi que sa composition optimale en micronutriments. Mais on se pose aussi des questions sur un éventuel rôle des prostaglandines présentes dans le lait maternel, ainsi que de la position différente de l'enfant au sein et au biberon : le mamelon arrive jusqu'au palais mou, ce qui aide la trompe d'Eustache, qui relie l'oreille moyenne à l'arrière du nez, à bien s'ouvrir.

Cela ne se produit pas avec la tétine du biberon, qui ne dépasse pas la cavité buccale. Le reflux gastro-oesophagien RGO Dans une étude de 16les enfants allaités avaient moins d'épisodes de reflux, et étaient moins nombreux à présenter au moins un épisode de RGO.

De plus la durée moyenne des épisodes de RGO était plus basse chez les enfants allaités. Les explications seraient d'une part que les bébés allaités passent moins de temps à dormir d'un sommeil léger et paradoxal, et davantage de temps en sommeil profond et calme, période où le RGO est rare ; d'autre part que le pH du reflux, plus bas chez les enfants allaités, suggère une vidange gastrique plus rapide. Les infections urinaires Une étude 17 a montré que l'allaitement pourrait avoir un rôle préventif des infections urinaires chez le bébé et chez sa mère, en raison du mécanisme suivant : le lait humain - contrairement au lait de vache - est très riche en oligosaccharides, qui se retrouvent en grande quantité dans les urines du bébé allaité et de sa mère.

Or les oligosaccharides ont la propriété d'inhiber l'adhésion bactérienne aux cellules épithéliales, adhésion qui est un prérequis important pour le développement d'une infection.

Le VIH Il est vraiment dommage qu'il existe un risque - pas très bien mesuré - de transmettre le virus du sida par l'allaitement, et qu'on ne sache pas à la naissance si l'enfant est ou non séropositif.

En effet, des études ont montré que l'allaitement pourrait retarder l'apparition d'un sida déclaré Il a été démontré in vitro que le lait humain contient divers glycolipides, oligosaccharides et composants protidiques susceptibles de gêner la liaison du HIV aux récepteurs de la cellule hôte Nous abordons là un domaine plus complexe et plus controversé.

En effet, autant le corps médical est prêt à reconnaître le rôle anti-infectieux du lait maternel, autant il a du mal à admettre que l'allaitement puisse faire une vraie différence pour la santé de l'enfant et de l'adulte. Et pourtant, comment ne pas voir que les avantages à court terme ne peuvent pas ne pas engendrer des avantages à long terme? Prenons un seul exemple. Tout le monde sait que des otites à répétition peuvent finir par endommager l'audition de l'enfant.

Si l'on admet que l'allaitement réduit considérablement l'occurence des otites, il devient évident qu'une population d'enfants allaités doit avoir une meilleure audition qu'une population d'enfants nourris au biberon.

De fait, ces dernières années, les études sur les conséquences à long terme d'avoir été ou non allaité, se sont multipliées. La liste que nous allons en donner, déjà fort longue, s'allongera encore dans les années qui viennent, à mesure qu'on s'intéressera à d'autres affections. Mais il est vrai que ces études sont difficiles à faire, tant les biais à éliminer sont nombreux.

Activer pousse cheveux foetus 5 mois

Sur plusieurs des points qui vont suivre, on ne dispose actuellement que d'une seule étude, qui demande donc à être corroborée par d'autres. Avis aux chercheurs! Les allergies L'aliment du cerveau La prévention de l'obésité L'appendicite La sclérose en plaques Le diabète Les cancers La maturation sexuelle Le développement des mâchoires Quelques autres pistes Les allergies Le rôle de l'allaitement dans la prévention des allergies est et reste controversé.

Néanmoins, la plus récente étude sur le sujet montre un effet protecteur à long terme contre toutes les manifestations allergiques Plus de enfants d'Helsinki Finlande ont été suivis pendant leur première année, puis revus à 1, 3, 5, 10 et 17 ans. On a comparé les taux d'eczéma, d'allergie respiratoire et alimentaire des trois groupes.

Résultats : un allaitement de plus d'1 mois sans compléments offre une protection significative contre l'allergie alimentaire à 3 ans, ainsi que contre l'allergie respiratoire à 17 ans. Un allaitement d'au moins 6 mois est nécessaire pour prévenir l'apparition de l'eczéma pendant les trois premières années.

L'étude conclut que l'alimentation infantile semble aussi importante que l'hérédité sur le développement des allergies et joue même un rôle plus net à 17 ans. Une autre étude, britannique celle-ci, portant sur vingt ans de suivi, était arrivé à des conclusions semblables L'intérêt de ces études est qu'il s'agit d'études de suivi, où il y a moins de risques d'erreur sur la durée de l'allaitement, sa fréquence, les compléments donnés, etc.

D'autre part, elles prennent en compte la durée de l'allaitement exclusif, contrairement aux études qui avaient conclu à son non-intérêt en comparant des enfants au biberon et des enfants très peu allaités et souvent complémentés. Les explications à cette protection sont variées : - le lait humain pourrait induire et améliorer la maturation naturelle de la barrière de la muqueuse intestinale, ainsi que le système immunitaire secrétoire - le lait humain pourrait réduire passivement l'exposition aux antigènes alimentaires en inhibant leur absorption, la protection locale des muqueuses immatures étant assurée par les IgA secrétoires et les autres immunoglobulines - on a trouvé des facteurs anti-IgE dans le colostrum.

L'aliment du cerveau Le petit humain se caractérise par un développement particulièrement rapide et important du cerveau, et le lait humain est adapté à cette particularité de notre espèce, grâce à son taux élevé en lactose et en acides gras polyinsaturés à longue chaîne.

Des études ont montré que les enfants nourris au lait humain avaient de meilleurs scores au test de Bayley à 1 et 2 ans Le même résultat a été retrouvé chez des enfants de 5 ans avec le test McCarthy. Une étude australienne 25 faite par le Dr Maria Makrides et ses collègues du Centre médical Flinders, à Adélaïde, a conclu que le DHA acide docosahexaénoïque jouait un rôle certain dans la maturation cérébrale estimée par les potentiels évoqués visuels.

Une équipe de pédiatres hollandais 26 a suivi enfants allaités et enfants nourris au lait de substitution. Ces nourrissons appartenaient à trois groupes, établis en fonction de critères neurologiques : étaient normaux, présentaient de légers déficits et 66 des troubles sévères. Tous ont été réexaminés neuf ans plus tard.

Il apparaissait alors que la fréquence des anomalies était nettement supérieure chez les enfants non allaités. En particulier, le lait maternel semblait avoir exercé un effet bénéfique net chez les petits victimes d'un déficit neurologique mineur à la naissance troubles du tonus, quel jeux wii pour maigrir urgent la coordination, etc.

Terminons par une récente étude écossaise, faite sur enfants, qui a mis en évidence une corrélation entre l'allaitement et un meilleur développement moteur et intellectuel à 18 mois La prévention de l'obésité D'après M. Rolland-Cachéra, chargée de recherche à l'Inserm, l'augmentation de l'obésité chez l'enfant ces dernières années, serait due à un déséquilibre entre protéines et lipides dans l'alimentation infantile.

Paradoxe apparent : les protéines feraient grossir et les lipides maigrir. Explication : à la différence des lipides, les protéines augmentent les facteurs de croissance qui participent à la multiplication cellulaire. Ces facteurs de croissance stimulent la multiplication de toutes les cellules, y compris les précurseurs des adipocytes cellules graisseuses. En revanche, les lipides mettent au repos cette multiplication cellulaire pendant les premières années de la vie.

Sa composition est donc parfaitement adaptée aux besoins des premiers mois Autre phénomène lié à la prise de poids : les bébés allaités régulent eux-mêmes la quantité de calories qu'ils absorbent. Quand la nourriture solide est introduite, leur réduction de consommation de lait semble être liée à l'appétit. Au contraire les bébés nourris au biberon perdent apparemment cette capacité à réguler leur consommation. L'appendicite Une équipe napolitaine a réalisé une étude 29 établissant que l'allaitement prolongé aurait un effet protecteur par rapport à l'appendicite.

L'hypothèse la plus vraisemblable est que figureraient dans le lait maternel des antigènes auxquels s'accoutumerait l'enfant. Les enfants pas ou peu allaités souffriraient d'un défaut d'exposition de l'immunité qui serait à l'origine de la réaction inflammatoire aiguë de l'appendicite ultérieurement.

La sclérose en plaques La même équipe 30 a également mis en évidence une corrélation entre un allaitement prolongé et un moindre risque de sclérose en plaques, en comparant les régimes alimentaires dans la petite enfance de malades atteints de SEP, et d'autant de cas contrôles. Elle avance deux hypothèses. La première est que la composition en acides gras étant différente dans le lait de vache et dans le lait de femme, la structure membranaire des cellules nerveuses s'en ressentirait.

La seconde concerne la stimulation de l'immunité de l'enfant par le lait de sa mère. Remarque : Sur un plan purement théorique, si cette femme voulais perdre 10 kilos en 1 mois elle devrait dépenser 90 Calories, soit Calories par jour!!! Vous comprenez pourquoi un objectif de perte de poids aussi important en seulement 1 mois est complètement illusoire! En cas de fringales, optez pour des fruits, des oléagineux noix, amandes, noisettes…ou encore une tranche de jambon blanc pour un apport en protéines.

Chaque semaine, montez sur la balance et procédez à un ajustement de votre programme alimentaire. Généralement, plus les semaines passent, plus vous aurez besoin de créer un déficit calorique important pour continuer à maigrir.

Par contre, en ajustant votre alimentation intelligemment, les résultats sur votre silhouette seront relativement rapides et surtout durables. Pour perdre 10 kilos en 4 semaines, votre alimentation devra être irréprochable.

Le moindre écart pourra ralentir votre perte de poids. A lire également : Comment perdre 10 kilos en 2 mois? Orientez-vous vers des activités cardio course à pied, rameurvélo, boxe, corde à sautersquash, CrossFitcross training, etc. Le HIIT consiste à répéter un ou plusieurs exercices à haute intensité. A lire également : Quel sport pour maigrir?

Perdre 10 kg en 1 mois est un défi de taille! Si vous avez beaucoup de poids à perdre, cet objectif est réalisable. Pour mincir durablement et ne jamais reprendre les kilos perdus, il convient de prendre son temps. Découvrez nos services. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Site web. Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site web dans le navigateur pour mon prochain commentaire.