O que é regime nival de um rio

Cependant, ce que nous connaissons des débits maxima n'indique pas des crues aussi monumentales qu'on les attendrait après avoir constaté la valeur saisissante de ces arrosages célestes. Et il faut bien encore dire que dans la plupart' des cas, les crues élémentaires pour tout le reste du bassin padan, tout en offrant des débits très indésirables, ne manifestent pas la puissance exorbitante qui, d'après le premier mouvement de l'esprit, devrait résulter de ces précipitations.

Ayant exprimé cette opinion, je me sens envahi par une gêne en songeant aux infortunés riverains dont les crues en question emportent les terres cultivables ou saccagent les champs, font pourrir les récoltes, déracinent les arbres et endommagent ou détruisent les immeubles, les ponts et les routes, sans préjudice des noyades. On verra plus loin que je soupçonne les chiffres trop peu nombreux que j'ai recueillis, d'oublier ou de minimiser certains cataclysmes locaux possibles selon mes conjectures dans les Alpes piémontaises, et que je cite quelques inondations monstrueuses survenues en certains secteurs des régions padanes voisines.

Et surtout je ne méconnais point que tels ou tels débits peu gigantesques en soi, spécifiquement, et par comparaison avec ceux de l'Ardèche, de.

Combien coute le botox au quebec kijiji

Mais enfin, dans une étude scientifique, je suis bien forcé de caractériser et de commenter les nombres grâce à certains critères partiellement abstraits 33, donc par certains chiffres. Or pour prendre d'abord des résultantes, les plus graves crues connues du Pô à Turin et un peu plus bas sont loin d'égaler celles de la Susquehanna, du Potomac, de la Garonne, du Tarn et de l'Agout par exemple, pour des surfaces réceptrices analogues.

En effet, le maximum exceptionnel de mai d'après un jaugeage direct aurait au plus débité 2. On admet même seulement 2. Mais la vitesse moyenne retenue pour le courant, à savoir 3 m. Débit imposant, bien sûr.

Regime hypocalorique et retention deau oedeme

Mais enfin, en marsle Potomac à Hancock pour Il faut encore compter 1. Et ces chiffres sous- entendent des maxima spécifiques nettement plus puissants 1. D'ailleurs, en marsl'Agout à St-Sulpice a donné quelque 1. En vérité, d'après les pluies de mai à l'amont de Turin, un maximum de à 1. Et auparavant, des précipitations probablement encore plus intenses, en 24 à 36 heures, n'ont abouti qu'à des débits- nettement plus faibles qu'enexception faite pour octobre Et si je considère les bassins élémentaires bien plus petits de l'amont, sur le Chisone à San Martino, à l'issue de km2 où la pluie a fait rage, le maximum spécifique de mai 1.

Et le maximum de septembre au même point, avec me. J'aimerais avoir des données correspondantes pour d'autres rivières, situées à l'amont de Turin. Et sur la Grana à Monterosso, 2.

La faiblesse de ce chiffre ne doit point trop me surprendre malgré la réputation de ladite crue, car l'averse sur le bassin considéré n'a nulle part été supérieure à mm. Par contre dans la même occasion, la Stura du Nord aurait débité à Lanzo 1. Et la Doire Baltée à la même date a dépassé nettement tous les maxima probables de l'Isère à Grenoble 2. Il est vrai que les maximums de la Stura et celui de la Doire du Nord, calculés avec la formule de Ganguillet et Kutter, peuvent être quelque peu exagérés.

Mais cette erreur n'est qu'hypothétique. Enfin, à San Mauro Torinese, la même crue de septembre aurait présenté 2. Mais on ne peut point ne pas remarquer que la cote maxima n'a alors pas dépassé 3,77 contre 4,30 en mai Et le débit de cette dernière crue n'aurait point excédé 2. Comme en cette occasion récente la Stura et la Doire Ripaire ont reçu des pluies inférieures à celles qui ont frappé l'amont de Turin, et comme les divers flots ne semblent pas avoir bien concordé, on peut se demander si le débit de pointe à San Mauro en a représenté plus de 2.

Il faudrait donc admettre sensiblement moins- pour septembreà moins que le fond ne se soit surélevé fortement depuis lors. Le plus haut niveau connu à San Mauro n'appartient d'ailleurs pas à mai : il a pris place le 1er novembreavec 4 m. Bref dans le secteur ici étudié, si l'on considère le débit brut, les grandes crues du Pô sont loin d'annoncer les chiffres de 8.

En novembre on eut à ces trois dernières stations, respectivement Faiblesse des coefficients d'écoulement de crue. La modération relative des crues piémontaises ne tient évidemment point à l'interception par des lacs, ainsi que c'est le cas pour le Tessin, l'Adda, l'Oglio, le Mincio inférieur.

Mais l'une de ses- causes, qui s'applique à tout l'ensemble du domaine padan, est. Les rapports des volumes liquides 39 écoulés à Meirano aux volumes pluviaux n'ont en effet pas dépassé 0,18 en octobre-novembre0,21 en septembre0,43 en mai0,41 en mai Peut-être faudrait-il porter les derniers de ces liposuccion bucaramanga colombia internet aux environs de 0,50 en excluant de.

Et une majoration dictée par le même souci porterait peut-être à 0,25 le chiffre applicable au phénomène d'oct. De toutes manières, les plus gros de ces quotients et ceux qu'on a calculés en fonction de chutes d'eau totales énormes pour les grandes crues de mai et oct. Ce pouvoir ne me semble guère susceptible d'être exercé par un facteur autre que la nature du sol. Il va sans dire que maintes surfaces alluviales de la plaine padané, là où prédominent les cailloux et les sables, peuvent à ce point de vue jouer un rôle très efficace.

Mais il ne me paraît guère compter lors de l'immense majorité des crues, car celles-ci se forment dans les parties montagneuses en dehors desquelles les grandes averses extensives ne fournissent que des précipitations modérées. Il faut donc supposer que ces montagnes, même dans les zones de roches en place imperméables, absorbent en général beaucoup d'eau avant que le ruissellement ne se déchaîne.

Le phénomène doit être d'ailleurs très intensifié dans la première moitié de l'automne par l'influence dessiccatrice de l'été précédent. On s'étonne plus de le voir aussi agissant en mai, alors que le sol doit être le plus souvent humecté 42 à cette époque, par des pluies préparatoires ou par la fonte des neiges sur les versants élevés.

D'où le soupçon que la rétention par les éboulis, les cônes torrentiels et les autres formations désagrégées se produit à grande échelle dans les montagnes piémontaises et lombardes. Mais je n'émets ces opinions qu'à titre provisoire, et sous condition que je n'aie point mal apprécié la valeur et le sens des chiffres pluviaux et fluviaux lors des crues Caractère relativement point torrentiel de maintes averses.

Quelle que soit la faculté absorbante, réelle ou imaginaire, des Alpes et de l'avant-pays piémontais, des crues sensiblement plus fortes que celles qui paraissent avoir lieu seraient observées pour les mêmes totaux de pluies, si les précipitations susdites se concentraient, comme cela se passe souvent sur notre rebord oriental du Massif Central et sur la moitié sud-orientale des Etats-Unis, en averses furieuses de quelques heures, du type nubifragio, Cloudburst, wolkenbruch, séparées par des accalmies.

D'après divers indices et avant tout d'après les résultats hydrologiques, ces violences terribles semblent être ici l'exception, et cela dans les Alpes piémontaises plus qu'ailleurs. Il s'agirait surtout de grandes pluies extensives très copieuses, cela va sans dire, mais pas au point de pouvoir engendrer, par exemple, des maxima de De fait, l'article déjà mentionné de M. Angius donne sur la pluie de mai des renseignements significatifs, recueillis grâce aux pluviomètres enregistreurs qui abondent dans le bassin du Pô.

A San Germano Chisone où il tomba mm. Et de fait la montée à Meirano a duré 3 jours sans baisses intermédiaires. En d'autres occasions, en septembre par exemple, l'intensité pluviale a été plus sévère, mais encore une fois, je doute, d'après les conséquences, qu'elle ait été capable de produire des débits maxima de grandeur cévenole, ou roussillonnaise, ou texienne.

Songeons que 3 mm. Les précipitations génératrices de débits exorbitants dans le Rous- sillon ou sur le rebord oriental du Massif Central doivent donc fournir jusqu'à 50 ou millimètres en une heure, à en.

Il ne faudrait cependant point trop avoir confiance que les déluges terribles y soient impossibles.

Régime pluvio-nival

En tout cas, on a vérifié qu'ils peuvent avoir lieu de temps à autre dans d'autres secteurs du bassin du Pô. Non loin de notre champ d'études, la Sesia supérieure à Ponte Aranco n'aurait pas débité moins de 2. Puis quelques chiffres observés dans l'Apennin peuvent inquiéter. Le repère de la crue du 8 octobresur la Bormida supérieure à Millesimo, implique sur la rivière, très inclinée à l'issue d'un petit bassin, un débit hallucinant.

Et de fait des évaluations mieux fondées que d'habitude en pareil cas attribuent 2. C'est à ma connaissance un record pour l'Europe; en cette circonstance 45 il tomba, en 8 heures, mm. Mais selon toute vraisemblance, outre les fréquentes grandes averses durables et plus imposantes par leurs totaux que par leurs paroxysmes en quelques heures, les Alpes piémontaises doivent pouvoir subir de temps en temps des averses et des crues locales bien plus furibondes que celles sur lesquelles nous- possédons des données numériques suffisamment précises.

Je veux dire qu'au lieu de 1. Date des crues. Pour la date de leurs crues ces rivières sont éclectiques, car les grandes averses supérieures par places à mm. Cependant, en mars et avril, et même au début de mai, ou en novembre et décembre, les chutes d'eau tombent en neige sur les parties situées au-delà de à mètres, et parfois plus bas, ce qui restreint la surface ruisselante et donc les maxima. C'est à partir de mai et jusqu'à octobre, que les précipitations paraissent les plus capables de grande violence et en même temps qu'elles sont le moins neutralisées par la rétention nivale.

Elles semblent pouvoir manifester une brutalité redoutable mais peut-être d'habitude avec une extension réduite [? A ce point de vue, le Piémont occidental paraît moins immunisé contre les coups de force hydro- météorologiques que ne le sont nos Alpes du Sud, qui d'ailleurs ne se trouvent point tout à fait à l'abri des surprises dommageables de ce genre. Et les colères possibles des torrents et des rivières piémon- taîses à ce moment font songer aux accidents analogues, un peu moins nombreux sans doute, qu'on observe sur le rebord oriental de notre Massif Central crues du Gardon en août et en juinde l'Erieux en aoûtde divers cours d'eau en fin de juinetc.

D'après certaines apparences, il est possible que les rivières piémontaises, et en tout cas leur collecteur, à savoir le Pô à Turin, soient dans l'ensemble plus dangereux pour les crues soutenues mais point pour les catastrophes localiséesen- avril- juin, c'est-à-dire auprintemps, qu'en automne, et tout au moins qu'en octobre-novembre, au rebours de ce qu'on observe sur les trois quarts orientaux du bassin padan.

Ce phénomène correspond au fait que dans le Piémont le maximum moyen des pluies semble appartenir au printemps et particulièrement à mai, plutôt qu'à l'automne, saison huile dolive cheveux eclaircir yeux plus arrosée dans les régions nord-italiennes situées plus à l'Est.

Mais il faudrait que je dispose d'observations pluviométriques et hydrométriques étendues à un demi-siècle ou à un siècle, et notamment de précisions sur les crues dévastatrices des plus petites rivières- pour que je puisse raisonner et chercher. Sur les transports solides des rivières, je confesse une pauvreté très regrettable de ma documentation, qui deviendrait au contraire magnifique, voire triomphale, si mes recherches s'étendaient aux rivières padanes plus orientales et au fleuve lui-même.

Pour la région considérée, les Dati caratteristici me renseignent seulement sur les transports de boues effectués par le Pô à Meirano. Donc le fleuve dans le secteur de Turin n'a charrié, en et pour l'année moyenne, que 80 gr. Or, l'abondance en eau dans ces trois ans a été supérieure à la normale, et les chiffres moyens d'une longue période n'indiqueraient presque certainement point des transports supérieurs à ceux-ci On doit aussitôt mettre en évidence qu'ils sont très faibles, en comparaison avec les quantités de boues roulées par l'Isère, le Drac, la Durance, le Rhône et le Rhin alpestre à 1.

D'où ma quasi-certitude que les roches, comme les marnes et les schistes tendres et autres terres noires, aux dépens desquelles se perpétuent les érosions les plus actives, n'occupent que de faibles étendues dans les bassins considérés. De toutes façons la faible teneur en boues du Pô turinois et donc de la plupart de ses branches constituantes est un phénomène remarquable.

Pour les charriages en matériaux de fond, au contraire sables et caillouxil n'y a pas lieu de croire que les rivières piémontaises soient moins travailleuses que d'autres cours d'eau alpestres. Pour ces matériaux, les tonnages véhiculés par les eaux courantes sont réglés moins par la nature du sol et par la couverture végétale, que par les caractéristiques des courants, lesquels trouvent ordinairement dans les lits de quoi se charger autant que le leur permet.

Dans- le secteur qui nous occupe, la puissance brute, la capacité, la force tractrice des courants sont grandes malgré la dispersion du réseau et le fractionnement corrélatif des débits.

Elles doivent permettre aux rivières de charrier jusque creme gegen cellulite dm 2014 la sortie des Alpes des quantités de sables et de graviers nettement supérieures aux tonnages de boues, par exemple, selon les cas, de à tonnes par km2 et par an et peut-être plus.

On retiendra de cet examen les faits principaux suivants. Le Pô piémontais a une abondance spécifique seulement honorable, comparable à celle de la Durance, mais très inférieure aux apports de l'Isère, de l'Arve, des grandes rivières suisses ou des tributaires padans septentrionaux.

Cela tient à une relative déficience pluviale, qui cesse seulement dans le domaine de la Stura di Démonte, et surtout au Nord à partir de la Stura di Lanzo. Les variations saisonnières traduisent une grande prédominance du type nival alpin pur ou de l'espèce nivale de transition, avec supériorité de mai sur juillet dans les deux catégories et modicité de la recrudescence moyenne automnale dans la seconde, les Alpes françaises du Sud étant plus favorisées à ce point de vue, parce que gratifiées de pluies plus riches que celles du printemps, en automne.

Le Pô turinois lui-même n'a qu'une apophyse moyenne peu saillante en octobre-novembre, bien que la migration de son maximum de juin sur mai marque un progrès de l'influence pluviale mais celle-ci est la plus sensible au printemps, ce qui gêne quelque peu la distinction entre ses effets et ceux de la fonte des neiges. Les pluies d'inondation, plus massives et soutenues semble-t-il que dans nos Alpes, engendrent des crues imposantes certes, mais moins redoutables que cette abondance pluviale ne le ferait attendre.

Cela tiendrait à un très fort pouvoir absorbant Cependant, ces derniers phénomènes ne paraissent point impossibles surtout en été ou au début de l'automne, sur certaines branches du réseau alpestre piémontais. Les étiages sont relativement très honorables, selon les privilèges habituels dont bénéficient les régimes nival ou nival de transition de montagne; avec un certain fléchissement dans la partie centrale Chisone, Pellice, Pô, Varaitacelle où les précipitations et les modules sont aussi les moins riches.

Enfin les transports de boues sont médiocres et même insignifiants à côté de ceux de nombreuses autres rivières venues! Giandotti et Visentini, Annuaires qui combinent les données météorologiques, les chiffres hydrologiques, et les commentaires, dans un luxe à la fois sobre et grandiose, et autres recueils de chiffres pluies maxima moyennes, niveaux journaliers des rivières, etc.

En outre, depuis plus de 30 ans, MM. Même remarque pour la haute Stura di Lanzo. Or les débits moyens à Plaisance de à et à Ponte Lagoscuro origine du deltiade àattribuent à mai la suprématie. L'Adda à Lecco débite me. Je tiens à le répéter encore une fois. De toutes façons, même l'étiage virtuel n'est ici pas très gros; il est à rapprocher de la valeur assez faible du débit médian.

Giandotti et Visentini, parmi les phénomènes les mieux connus de l'Hydrologie européenne. Piene dei corsi d'acqua italiani. Valori délie portate correspondent! Roma, Istituto Poligrafico dello Statoin-8, p. Precipitazione Massime nelle varie stazioni del bacino del Po nel decennioconsiderate per la durata da uno a quattro giorni.

Parma,pages. Precipitazioni massime, etc. XII,fasc. Pour ces rapports entre causes et conséquences hydrologiques, lire mes mémoires : Rapport entre l'intensité des pluies et les débits maxima des crues Revue pour l'étude des calamités, Genève, tome II, mai-juinp. Mais il se peut que le flot de septembre ait été ici plus fort.

Visentini : Quelques. De larges monographies de l'Ufficio idrografico del Po sur les inondations de, et des notes ou articles publiés dans les Annuaires sur des crues plus locales fournissent quantité de détails et des vues ' d'ensemble très perspicaces et judicieusement ordonnées.

Visentini Pr. Marco traduit par M. Pardé : Ecroulement d'un barrage sur l'Orba en Italie, le 13 août Revue de Géographie alpine, t. Suite à un accident géologiquel'Okavango n'a pas d'embouchure maritime. Il irrigue 15 km2 du le désert du Kalahari dans lequel il se perd sans jamais aboutir dans l'Océan Indien. Côte d'Ivoireil se jette dans le golfe de Guinée dans l'Océan Atlantique. Il permet le transport fluvial.

Côte d'Ivoireil se jette dans alimentation pour perdre des cuisses piscine Atlantique vie le golfe de Guiné.

Tanzanieil se jette dans l'Océan Indien. Sénégalse jette dans Océan Atlantique dans le Golfe de Guinée.

O que é regime nival de um rio

Ajouter un commentaire à cette description. Elle prend naissance dans le col d'Urquiaga situé dans le massif paléozoïque du Quinto Real, au nord de la vallée de Erro pour se jeter sur le rio Aragon, près de Funes.

Il s'agit de la plus grande rivière navarraise, puisque ses km de parcours le sont sur son territoire. Apparemment à 4 m3 c'est petit. Alternatives de navigation. Les commentaires des utilisateurs concernant cette description :. Signalez une descente effectuée Ajouter un commentaire concernant ce parcours Ajouter des photos de ce parcours.