Implant mammaire effet coque 9x4

Cest ainsi que, si le Tao, la Voie, doit rester prsent lesprit lorsque lon parle de la Pense chinoise, cest cependant dans la connaissance du jeu des ner- gies reliant la matire et lesprit, et dans lart de la conduite de ces nergies, dans lacupuncture, que la Chine a le mieux manifest son gnie scientifique. Les Gurus, les Matres de lInde et du Tibet, dans leurs crits, leurs paroles et leurs actes, nous resti- tuent une vision spirituelle de lvolution de lhomme et de lunivers dont les arcanes nergtiques nous deviennent familiers dans les diverses formes de yoga.

LOccident, quant lui, hritier des initis de lgypte pharaonique, des sages et des prophtes hbreux, des druides, des pres de lglise et des grands mystiques chrtiens et musulmans, sest atta- ch la matire brute, son analyse, de la physique atomique la biologie et la mdecine physiolo- gique, celle des apparences matrielles, contrlables et mesurables.

Sans doute est-il possible, aujourdhui, de tenter une synthse de ces diverses approches de la ralit universelle, approches souvent opposes dans leurs applications et pourtant tellement semblables dans leur esprit. Cela va nous amener dcouvrir un certain nombre dvidences qui nont jamais retenu notre attention, peut-tre parce quelles sont, je dirais, trop videntes.

Cela nous amnera aussi prciser le rle de lien. Cependant, cest avec ltude du Yi King en tant quinstrument mathmatique, ordinateur fonda- mental, que jai t amen formuler les pride & joy sions qui suivent.

Certaines de ces conclusions pour- ront paratre abusives de prime abord ceux qui demeurent attachs la lettre des textes traditionnels.

Jespre que la suite des dmonstrations, sils veulent bien aller jusque-l, leur en montrera le bien-fond. Cest donc une fresque de la Tradition universelle et de ses applications que nous allons dcouvrir ensemble. Nous devons pour cela tenter de penser ensemble, oubliant tout ce que nos matres ou nos expriences personnelles ont pu nous apprendre, cartant le plus possible de nous tout condition- nement de notre pense, tout dogmatisme, tout a priori.

Nous aborderons ainsi en pleine libert une vision de lunivers qui pourra parfois nous appa- ratre comme systmatique mais qui a lavantage de relier la science et la philosophie, la matire et lesprit, de nous faire dcouvrir la Vie.

Ce systme, qui nest sans doute pas le seul pos- sible, mais un parmi bien dautres, va pourtant nous permettre de dfinir des structures mathmatiques, un squelette. Cependant, il ne faudra pas oublier que ce squelette nest rien sil ny a pas une vie pour lani- mer. Or, la vie est cration constante, permanente, et la cration ne senferme pas dans un systme, pas plus que dans une structure, elle lutilise.

Ce qui caractrise le crateur, cest bien sr, dabord, la volont de crer qui lui permet de dfi- nir les structures, la charpente; et puis cest lamour qui est le don de lui-mme dans ce quil cre, mais cest aussi limagination.

Avec amour et imagination, il habille alors la charpente et lui donne vie. Ce don et cette imagination du Divin Crateur transparaissent chaque instant dans les aspects mul- tiples des cristaux, dans la ferie de leurs couleurs et de leurs formes changeantes, comme dans celle dun ciel cribl dtoiles, dans la merveilleuse diversit des espces vgtales et animales, et jusque dans la singu- larit propre chaque tre humain et qui en fait un tre unique. Cest dans nos rencontres avec la Nature, pour peu que nous sachions la regarder, en dcouvrir la sim- plicit et lharmonie mais galement la complexit apparente, quil nous est donn dapprocher, dappr- hender peut-tre, limagination cratrice du Divin dans Son mystre infini.

Le reste, le systme, nest pas la vie, il nen est que le support, et nous ne sau- rions nous y attarder que pour satisfaire notre men- tal avide de preuves et de dmonstrations, mais en conservant prsent lesprit son caractre passager, relatif et illusoire.

Fasse le Ciel que nous nutilisions cette compr- hension, cette connaissance, si faible soit-elle, que pour le soulagement de ceux qui souffrent et pour le bien de lhumanit. Vatseret, le 9 juillet Omnibus sed paucis luceo Hortulanus. Ce second avant-propos sadresse particuli- rement ceux qui ont dj pntr les arcanes de lnergtique traditionnelle chinoise avec laide de mes prcdents ouvrages.

Il est regrettable de devoir avouer que tout ce que nous venons de dire et de dmontrer nest que rela- tivement exact! Cette phrase par laquelle dbute la 5e partie du Diamant Chauve traitant de limagina- tion de la Vie, sapplique parfaitement ce que jai pu dire ou crire depuis prs de quarante ans.

En effet, mme si le plan gnral nergtique dcrit dans le Diamant Chauve est demeur le mme, aussi simple et clair quau premier jour, avec ses trois tages de fabrication, de distribution et dutilisation dner- gies, certains de ses aspects se sont peu peu rv- ls diffrents, tout en se prcisant, la lumire des recherches thoriques et pratiques qui se sont pour- suivies au cours de ces annes.

Cest ainsi que jai t amen, avec la 3e dition du Diamant Chauve, eninclure le Matre du Cur, fonction non structure en tant quorgane. Si ce fonctionnement des organes et des viscres est vident la lecture des textes traditionnels, il nen est pas de mme de celui des 12 mridiens dacupunc- ture, groups deux par deux en tant que Grands Mridiens, et dont le double rle ne sest vrita- blement impos qu la suite des travaux de Jacques Martin-Hartz4: Dans leur premier rle, avec les fonctions dexcr- tion, de raction, danti-dposition, danti-impr- gnation, danti-dgnration et danti-noforma- tion, les mridiens apparaissent comme les supports nergtiques des trois Rchauffeurs, aspects pri.

Ils maintiennent alors lintgrit de lorganisme, et prparent la trans- formation des quatre nergies fondamentales5 en nergies nutritive et dfensive par les trois Foyers proprement dit, cest--dire, en dfinitive, le bon fonctionnement de ce que lon nomme la Voie de lEau et des Crales.

Ce nest que lorsque ces fonctions sont dpasses, que les pathologies cor- respondantes peuvent apparatre. Dans leur second aspect, les mridiens, utilisa- teurs leur tour des nergies nutritive et dfen- sive, permettent ladaptation au cycle circadien et aux variations de temprature, dhygromtrie et de pression, lies aux 6 Qualits du Ciel: Froid, Feu qui irradie de la chaleur, Scheresse, Humidit, Chaleur qui brle ou Dpression atmosphrique, Vent ou Pression atmosphrique.

Au cours de plus de trente annes de pratique et de raisonnement apparemment correct, les recherches effectues sur la relation existant entre le systme nergtique chinois et certains gnes du gnome humain6 P53, anti-oncogne-HUMRBS, rtinoblas- tome-CFTR, mucoviscidose mont finalement oblig admettre que, dans le Yi King, lorganisation des 9 sries petit inn de fonction externe et des 7 sries petit yang de fonction interne, telle que je lavais dcrite, ne rpondait pas entirement la ralit des faits.

Consquence rides plissé soleil price de ce qui prcde, la rpar- tition des trois Rchauffeurs et des trois Foyers proprement dit, fonctions priphriques et centrales des trois Foyers, sest trouve quelque peu modifie. Il en a t de mme de la gnration, ou distribution, des nergies destines aux organes et aux mridiens, partir des Merveilleux Vaisseaux, en relation avec le Yi King.

Jai alors publi en un opuscule de Mise Jour du Diamant Chauve. Que ceux pour qui la thrapeutique nergtique est une passion, au mme titre que la comprhension du jeu des nergies dans lunivers et dans lhomme, que ceux-l me pardonnent de troubler et leur quitude et lordonnancement du systme apparemment bien huil dans lequel nous nous tions installs, remet- tant ainsi en cause des annes de travail! Ma reconnaissance va eux tous, tous ceux qui mont accompagn dans cette qute, et en particu- lier Diane de Fontaines, Jean-Pierre Guiliani et Rgis Blin, compagnons des premires heures dont la confiance et lamiti prcieuse ne se sont jamais dmenties.

Je ne peux, en gardant le silence, leur refuser de regarder la ralit en face, mme si cette ralit nou- velle demeure relative dans notre monde illusoire, car les modifications qui se sont imposes nous rap- prochent un peu plus de la comprhension de la Vie, de son fonctionnement dans la matire et de ses rela- tions avec lEsprit. Lacte thrapeutique, quil soit prventif ou curatif nen sera que plus efficace. Et puis un jour, et cela. En attendant, jai donc repris pour cette nouvelle dition lensemble des rectifications prcdentes, simplifiant du mme coup certaines dmonstrations, et apportant les prcisions supplmentaires nces- saires une meilleure comprhension, do son nom de Diamant Chauve PLUS.

Par ailleurs, dans cette sixime dition comme pour la prcdente, la nomenclature des points dacu- puncture est base sur celle utilise officiellement en Chine, de mme que la transcription de leurs noms en Pinyin. Si tu veux complter le corps de diamant sans fuite, Chauffe avec soin la racine de la conscience et de la vie, Illumine le pays bienheureux qui est toujours proche, Et, cach l, laisses-y habiter ton vritable moi.

Naissance ou la loi du Ternaire. La vie mest toujours apparue comme un Tout, comme une unit essentielle, prenant sans doute de multiples aspects, que ce soit ceux de lunivers lui- mme et des quatre rgnes de la nature, minral, vgtal, animal et humain, ou ceux de leurs consti- tuants, des particules les plus simples aux molcules et aux cellules les plus complexes, mais toujours fidle elle-mme dans son unit.

Chacun de ces aspects, chacun de ces constituants, me semblait fonctionner dans son unit biolo- gique, dans sa globalit, comme un systme com- plet, comme une usine qui reoit des matires pre- mires, les transforme, et assure la distribution des pices dtaches aux diffrents ateliers; ceux-ci les assemblent et transmettent enfin les produits finis au service des relations extrieures, en fonction de la demande, tout en vacuant paralllement les dchets de fabrication.

Nen est-il pas ainsi dans mon organisme qui reoit les matires premires que la nature met ma disposition: lair, les nourritures solides et liquides, mais aussi le capital gntique que mont lgu mes anctres et qui me permet de crotre et de procrer. Mon corps digre, transforme, spcifie ces matires premires, et assure la distribution des nergies dont mes ateliers intrieurs, dont mes organes ont besoin pour leur fonctionnement et leur rgulation.

Alors, chaque instant, le service des relations extrieures de mon organisme donne des informa- tions sur les variations de temprature, dhygrom- trie et de pression, du milieu dans lequel je vis; mes organes ragissent en consquence, me permettant de madapter et de lutter contre les agressions trop intenses, utilisant mme lvacuation des dchets, la transpiration par exemple, pour ma dfense. Cependant, si la matire ragit, cest quelle a en quelque sorte conscience de ce qui lui survient; mais la conscience de lunivers, celle de lhomme, celle des animaux, des vgtaux, ou des minraux, fonction de lespace, mais aussi du temps, des cycles de la nature, mais galement de son volution, comment la conce- voir, lapprhender?

Cette conscience est pourtant prsente chaque instant, en chaque lieu, indissolublement lie la matire, cette mme matire dont je suis fait et laquelle je participe. Mes instincts, mes motions, et mon mental, les aspirations spirituelles que je peux avoir, tout cela transparat, sexprime par son inter- mdiaire: mon corps en est linstrument.

Comme un diamant reoit et irradie la lumire du soleil dans la splendeur de ses sept couleurs darc- en-ciel, mon corps, fait des mmes particules, des mmes atomes de carbone que lui, nest-il pas l pour recevoir et irradier la lumire de lesprit dont sept vibrations de conscience en seraient la multiple splendeur!

Lorsque, il y a maintenant plus de quarante ans. En effet, au fur et mesure que les structures et les lois de lnergtique chinoise se prcisaient, grce en particulier aux travaux remarquables de Jacques Martin-Hartz, de multiples questions me venaient lesprit.

Quelles relations exactes pouvaient bien exister entre les trois Rchauffeurs que certains appe- laient les trois Foyers, les cinq lments et leurs onze organes selon les uns, douze selon les autres, les douze mridiens principaux, les huit mer- veilleux vaisseaux, les vaisseaux secondaires8?

Toutes ces structures nergtiques de lacupuncture ne pouvaient tre juxtaposes les unes aux autres sans quun lien prcis existt entre elles. Il fal- lait quun Esprit suprieur ft lorigine des lois et des rgles qui devaient dcouler logiquement dune source commune, comme un fleuve dont chaque ruis- seau, chaque torrent, chaque rivire vient grossir le cours et dcupler la force, mais dont la source jaillit des neiges ternelles.

Voir chap. Si lhomme bnficiait dune machinerie aussi merveilleuse, la mcanique universelle ntait-elle pas, elle aussi, un modle de rgularit et dharmo- nie, quil sagisse des astres et de leurs orbites ou des particules les plus simples? Et ces particules elles- mmes, ne constituaient-elles pas chaque chose, chaque tre, lunivers entier, amalgames en atomes, en molcules, en cellules, en organismes, en galaxies?

Ce ntait l encore quun aspect statique, spatial, celui de notre espace trois dimensions, avec la Terre sous mes pieds et le Ciel au-dessus de ma tte. Cepen- dant, entre les deux, entre le Ciel et la Terre, je pou- vais mexprimer, aller en avant ou en arrire, me pro- mener gauche ou droite. Le Nord, le Sud, lEst et lOuest, ces quatre orients taient mon terrain de jeu, mon cadre, mais aussi ma limite. Le Nord, cest le froid, les tnbres et la mort; le Sud, la chaleur, la lumire et la vie; et ces deux points extrmes sont relis par des intermdiaires cycliques dont le temps ne peut tre disjoint sans quils perdent toute signification.

Selon toute apparence, si laube et la vie com- mencent se manifester, cest en venant du froid, de la mort, des tnbres du Nord, comme si, seule, la mort pouvait donner la vie. Nest-ce pas en effet en mourant que lon nat? LHiver qui meurt ne donne. Cependant, laube nest quun instant, un interm- diaire, qui doit cder la place la chaleur, la vie, la lumire.

De mme, le Printemps meurt bientt pour que vive lt dans lallgresse et les chants de son panouissement sage et lumineux. Alors, aprs la rcolte, le crpuscule survient, et lAutomne, avec la nostalgie de la lumire qui faiblit et jette ses derniers feux, le piquant de son atmos- phre prludant aux tnbres, lHiver, sa froidure et ses terreurs mais laube en renatra et avec elle lespoir en un nouveau Printemps Ainsi, entre le Ciel et la Terre, entre le centre et linfini, ces deux aspects opposs mais complmen- taires dune mme ralit universelle, les minraux, les vgtaux, les animaux et les hommes, tous forms des mmes particules, des mmes atomes, se struc- turent et se cristallisent, naissent et meurent comme si, des quatre orients, leur parvenaient quatre forces dune mme vie, dont deux qui sont extrmes, nexisteraient que par lintermdiaire des deux autres.

Ces quatre forces, ces quatre nergies, ne repr- sentent-elles pas lexpression fondamentale de toute vie, de toute manifestation de notre espace trois dimensions dont le centre et linfini sont les limites? Si cela est, je dois en trouver la trace en regardant autour de moi le jaillissement de la vie chacune de ses tapes.

Image du centre et de linfini, le premier lment simple apparatre dans notre univers fut lhydro- gne, avant tous les autres: une particule positive est en son centre, un proton, et une particule ngative son infini, un lectron. Puis lhlium naquit son tour, avec deux protons et deux lectrons, reflets, semble-t-il, de ces quatre forces, ou de ces quatre nergies fondamentales des jours et des nuits du Cosmos. Cependant, cela tait insuffisant pour que la matire pt sorganiser.

En effet, ses deux protons se groupent en son milieu pour former un seul noyau, comme le noyau dune cerise, mais cette cerise ne comporte encore que deux points de contact, deux ples, ses deux lectrons, comme si lun marquait le bas, le nadir, semblable la Terre, au centre, alors que lautre marquerait le haut, le znith, semblable au Ciel, linfini. Il lui manque son quateur; il faut quentre le nadir et le znith, ces deux ples opposs mais com- plmentaires, ces deux nergies radicales, quatre lectrons soient les quatre orients de ce fruit mer- veilleux, ses quatre nergies fondamentales.

Ainsi, les trois dimensions de lespace peuvent se retrouver dans cet infiniment petit, cet atome, pour quil soit limage de lunivers qui le contient. Et ce fut le carbone et ses six lectrons tournant autour de son noyau: mais ne peut-on rver et se reprsenter deux dentre eux, provenant de lh- lium, circulant sur une circonfrence trs proche du noyau, verticale, et indiquant tour tour le Znith et.

Cette sphre armillaire, ce fruit harmonieux de la gense cosmique, latome de carbone, avec ses quatre lectrons priphriques, sa valence 4, ses quatre nergies semblables quatre mains tendues et prtes donner et servir, allait tre la base sur laquelle toute la matire de notre univers biologique devrait se construire, le centre autour duquel elle sharmoniserait.

Alors, des atomes de divers lments simples sas- socirent, partir du carbone, pour former des mol- cules, et le code gntique, lordinateur de la vie, se mit en place. La molcule dADN qui en est le sup- port, lacide dsoxyribonuclique, reprit son compte larchitecture cosmique et atomique. Il fallait deux opposs, complmentaires comme le Nadir et le Znith, mais aussi comme le centre et linfini; il y eut deux fibres complmentaires lune de lautre, organises en double hlice, comme deux montants dune chelle qui pouserait la forme dun escalier en colimaon.

Il fallait quatre nergies jouant entre elles en fonc- tion des trois dimensions de lespace, comme si ces trois dimensions, correspondant chacune un axe, dfinissaient de ce fait trois fonctions particulires dune mme ralit transcendante; il y eut quatre. Chacune des fibres de la double hlice dADN, cha- cun de ses montants, est ainsi compos de multiples triplets de ces quatre nergies, chacun de ces triplets tant un monde trois dimensions, trois fonctions, en une. Les cellules pouvaient maintenant apparatre et se grouper en organismes selon les ordres qui leur taient transmis depuis la source de la vie, par linter- mdiaire de lADN.

L encore, le plan de construction tait prt. LAr- chitecte cosmique appliquait toujours les mmes lois. Il fallait une enveloppe superficielle pour mainte- nir en place les organes internes, autrement dit une nergie de tension superficielle, de constriction, pour contrebalancer lnergie dexpansion du centre: lcorce des arbres et des plantes, ou la peau des ani- maux et des hommes remplit ce rle, au mme titre que la membrane de chaque cellule.

La superficie, ou le znith, et le centre, ou le nadir, de tout organisme taient prts. Il ne restait plus qu meubler lintervalle entre les deux, avec quatre ner- gies en relation avec les trois fonctions particulires que lADN transmettait, imperturbable. La merveille des merveilles, la vie, poursuivait sa croissance.

Trois fonctions vitales taient bien pr- sentes, ncessaires toutes trois. Il est ncessaire de se nourrir pour crotre et entre- tenir cette vie si fragile. La fonction alimentaire, de nutrition, est la premire fonction, la fonction centrale. Cependant, comment transformer les aliments, en extraire lnergie pour pouvoir lutiliser? Eh bien, comme tout minerai quil faut broyer, malaxer, fondre dans un haut-fourneau, pour en extraire le mtal le plus pur, les aliments doivent tre prpars, mastiqus, fondus, dans un foyer central, lieu de prdilection, atelier de prparation, dextraction de leur quintessence.

Mais le feu a besoin dair, doxygne, pour brler; un comburant est ncessaire pour brler le carbu- rant alimentaire. Ainsi, la deuxime fonction vitale est la fonction respiratoire, foyer suprieur de ce haut-fourneau, de cet athanor, foyer de la flamme qui monte, qui purifie, et lance ses tincelles vers les toiles.

Encore faut-il que tout sorganise, sordonne et se perptue pour la survie de chaque espce et sur- tout de la vie elle-mme. La fonction gntique, la reproduction, est donc la troisime fonction vitale, la base indispensable aux deux autres. Le foyer inf- rieur peut dynamiser les deux autres foyers, mdian et suprieur, les orienter, leur fournir le moule, la forme, dont ils ont besoin pour sexprimer, en appor- tant cellulite treatment columbia md lui lnergie ancestrale, gntique, trans- mise de gnration en gnration.

Nanmoins, si trois nergies sont en relation avec ces trois foyers, nergies alimentaire, respiratoire et ancestrale, elles sont encore insuffisantes; une qua- trime, centrale, qui est l depuis le commencement des Temps, prsente partout et toujours, assure leur cohsion, leurs relations, indispensable la vie qui anime chaque organisme: lnergie de vie elle-mme, la fois transcendante et immanente dans son unit.

Et toutes quatre jouent dans les 3 foyers, trois par trois, par triplets, perptuant ainsi leur niveau la grande loi cosmique que Lao Tseu rsumait en ces termes: Un produit Deux, les Deux produisent les Trois, et les Trois se manifestent comme tous les tres possibles.

Maintenant, il est clair que: n, la Vacuit, lInconnaissable, Dieu ou Tao, produit U Deux, le Centre et linfini, ou le Nadir et le Znith, les deux nergies radicales qui produisent Quatre, les quatre Orients, ou les quatre nergies fon- damentales de toute manifestation, les Dix faire botox a paris replay tres, laquelle sinscrit dans Trois, les trois dimensions de lespace, ou les trois foyers.

Tout se passe comme si le grand Architecte de lUnivers construisait une immense pyramide dont le sommet, le znith, se reflterait dans le miroir dune eau calme et tranquille, son nadir. Et entre ces deux sommets, lun fait de pierre, lautre de rve, les quatre angles de ce Temple en rgleraient lespace, dans son commencement, son milieu et sa fin Entre la Terre et le Ciel, cet Espace, li au Temps, mapparaissait ainsi globalement comme cyclique, avec ses quatre nergies du Nord et des tnbres, de lEst et de laube, du Sud et de la lumire, de lOuest et du crpuscule.

Cependant, deux aspects se dga- geaient de cette vision de lespace, ou de la matire, le premier mindiquant des extrmes, tnbres et lumire, Nord et Sud, le second des intermdiaires, aube et crpuscule, Est et Ouest. Le Temps, li lEspace, compris entre le pass et le futur, me semblait quant lui irrversible, linaire.

Mais deux aspects, ou deux axes, ne devaient-ils pas exister comme pour lEspace, lun celui des extrmes, et lautre des intermdiaires? Par ailleurs, si la Matire et lEspace se confondaient dans une mme. Le Temps entrane bien avec lui toute la cration, lui permettant ainsi de se dvelopper, de se transfor- mer, dvoluer, des particules les plus simples aux organismes les plus complexes, lacheminant vers une.

LEsprit progresse ainsi de linnocence, de ligno- rance, la connaissance, ne pouvant quaugmen- ter son savoir, quaccrotre ses connaissances, au fil du temps et des expriences vcues, mais ne pou- vant jamais les perdre, seulement les donner, les transmettre.

Cest bien l le premier axe, laxe des extrmes, des tnbres de linnocence la lumire de la connaissance, de best rides pyrenees welpen lomga pour employer les termes de Teilhard de Chardin. Lautre aspect, lautre axe, celui des intermdiaires, apparat alors clairement.

LEspace comme le Temps, la Matire comme lEs- prit, sont bien soumis aux mmes lois. Lespace cyclique, la matire, emprunte au temps, lesprit, son aspect linaire, voluant avec lui dun extrme un autre.

Le temps linaire, lesprit, emprunte lespace, la matire, son aspect cyclique, fait daube et de crpuscule, de mmorisation et doubli. Lespace et le temps, ou la matire et lesprit, sont donc deux aspects opposs mais complmentaires ur wife rides my jambo jet fares de lautre, aussi indissociables que le Ciel et la Terre ou le nadir et le znith.

Partout, en toute chose, o que je tourne mon regard, cette opposition et cette complmentarit. Mais partout et en toute chose, entre le nadir et le znith, entre la Terre et le Ciel, entre le centre et la superficie, entre le noyau et la peau il y a lentre-deux, le milieu, la base de ma double pyra- mide, la pulpe du fruit, la manifestation, ce troisime terme omniprsent, cette unit qui se dfinit par quatre nergies, en trois foyers, ou en trois axes.

Ainsi, entre lespace et le temps, je veux dire com- prise dans lespace et dans le temps, il y a la mani- festation spatio-temporelle dont les quatre nergies dfinissent les deux autres axes: le premier, linaire, celui du temps, du pass vers le futur, ne peut tre peru que par lintermdiaire du second, le cyclique, celui de lespace, entre le Ciel et la Terre.

Il en est de mme pour la manifestation matire- esprit, dont lesprit, de lalpha lomga, doit avoir pour support la matire, celle-ci passant inlassa- blement de laube au crpuscule, de la naissance la mort du crpuscule laube, de la mort la renaissance!

Les quatre nergies, les quatre aspects, sont bien prsents dans lespace-temps, lunivers, comme dans la matire-esprit, lindividualit. Mais quels sont donc les 3 foyers qui les englobent? Dans chaque organisme, compos de matire, la fidlit de reproduction et la structuration des formes sont lapanage du foyer infrieur, tandis que la fonc- tion respiratoire daffinage, de polissage, de purifi- cation dpend du foyer suprieur. Enfin, la nutrition mais aussi la vie sont assures par le foyer mdian.

Dans lindividualit, compose de matire et des. Lesprit, dans son essence, nest-il pas le guide, le sacrificateur, le puri- ficateur de notre corps? Mais quel est le troisime terme de cette indi- vidualit qui, en assurant sa vie, la nourrit de sa substance? Nest-ce pas lme dont nous parlent toutes les traditions, et qui dans un lan damour immense, se livre totalement au corps et lesprit, faisant ainsi le don le plus prcieux de sa nature divine?

Lhomme, lanimal, le vgtal, le minral, chacun dans son individualit, est ainsi me, Corps, Esprit. Mais lme nest pas le corps, le corps nest pas les- prit, lesprit nest pas lme. Cependant les trois sont Un. Dans lunivers fait despace et de temps, lespace concerne le monde des formes, alors que le temps affine et purifie chaque aspect de la cration.

Mais le troisime terme, le foyer mdian de lunivers, quel est-il? Lme de lunivers, o est-elle? Quelle est donc la source de toute vie, le rservoir infini damour, qui permet lespace et au temps de coexister et de jouer ensemble? Celui qui nous donne son Fils, au travers de lEs- pace, de la matire, du corps; Celui qui nous envoie son Esprit, dans le Temps, temps de Pentecte mais aussi temps de lternel Prsent, Celui-l nest-il pas le Pre? Ainsi, linconnaissable, lincommensurable, Tao.

Dieu, je peux enfin lapprhender, comme lont approch nos anctres, Celtes ou Mayas, Chinois ou gyptiens, non pas en Lui-Mme, mais dans Ses trois aspects: Pre, me de lunivers, Source inpuisable de vie, damour et de lumire Fils, Corps de luni- vers, espace merveilleux cribl dtoiles, resplendis- sant de mille feux Saint-Esprit, Esprit de lunivers, temps qui coule et murmure, flamme purificatrice Mais le Pre nest pas le Fils, le Fils nest pas le Saint-Esprit, le Saint-Esprit nest pas le Pre.

Cepen- dant, les trois sont Un, Dieu, Tao. Et ces Trois Aspects Divins contiennent en eux-mmes la loi universelle, la loi unique et triple la fois. Loi du Fils et de lEsprit, elle est celle des deux oppo- ss-complmentaires, Lune et Soleil alchimiques, Yin et Yang chinois10, elle est la loi de polarit.

Chaque chose, chaque tre, lui est soumis, et lunivers lui- mme. Le Un ne peut se dfinir qu partir de Deux: Nadir et Znith, Terre et Ciel, Centre et Infini, Espace et Temps, Matire et Esprit Mais par ces deux, entre ces deux, existant de leur fait mme, il y a le troisime ple, le troisime terme, la manifestation, le milieu, le Pre, qui en est galement la Source et lEstuaire. De mme, comme nous le disent les physiciens11, rejoignant en cela le Livre de la Gense, au com.

Le rayonnement noir, fait de gaz de photons immatriels, lilluminait, assurant sa chaleur, tan- dis que ses mouvements internes taient soumis la matire particulaire, avec pour base le neutron. La matire cosmologique assurait sa cour- bure, dterminait sa sphre, maintenait son espace semblable un fantastique ballon dont elle tait en mme temps la superficie, linfini et le centre, le point gomtrique, le commencement et la fin, car les deux autres dpendaient delle, mais elle-mme en dcoulait.

Si le Un produit les Deux, les Deux crent ainsi le Troisime, le gnrent en quelque sorte, tout en provenant de lui, par diffrenciation, et eux trois, ils sont les trois foyers, lordre trinitaire.

La seconde loi qui dcoule de la premire, qui est la rsultante de la loi de polarit est donc la loi de gnration, dactivation: les deux gnrent le troisime. Lvolution comme le mouvement en dpendent. Un fruit ne peut exister et ne peut crotre que sil est constitu dun centre, dun noyau, et dune peau en priphrie, la pulpe tant entre les deux; que si son noyau et sa peau, se diffrenciant de la pulpe, scartent lun de lautre, en se compltant, en sop- posant en quelque sorte, et que, de lintrieur, il se gorge de soleil et de rose, remplissant ainsi linter- valle, le milieu.

Nen est-il pas de mme dans lem- bryon humain, avec les trois feuillets de lectoderme. Lalchimie de la vie est la mme, pour tous! Maintenant, si je croque un fruit, la pulpe en sort et sa saveur minonde.

Sa peau sest rapproche du noyau, a pris appui sur son noyau, sur son centre, elle sy est oppose, pour chasser la pulpe vers lextrieur. Ainsi, la complmentarit du centre et de la pri- phrie, du noyau et de la peau, scartant lun de lautre, fait que la vie, la pulpe, est gnre; il y a naissance, expansion. Cependant, lopposition de la priphrie et du centre, de la peau et du noyau, se rapprochant lun de lautre, fait que la vie, la pulpe, est donne: elle sera ma vie, elle vivra en moi, mais la mort lui est associe; le fruit est mort, par constriction.

Lexpansion est naissance, la contraction est mort, mais les deux font la vie, la vie individuelle. Naissance et mort ne sont en somme que des intermdiaires entre la vie et la vie! Vie entre la naissance et la mort Vie entre la mort et la renaissance! Noyau, peau et pulpe, ou centre, priphrie et vie sont donc trois et quatre la fois, la vie ayant deux aspects extrmes, vie reue et vie donne, vie de la matire et de lesprit en incarnation, et vie de lme dsincarne.

La Vie est tout, elle ne peut tre lenvers de la mort, car elle Est, alors que la mort nest quun instant, un intermdiaire, comme la naissance en est un autre. Si ces deux aspects extrmes de la vie unique, entre. Mais cette lumire unique, cette Vie unique, ne pourra se manifester pleinement que lorsque lhar- monie rgnera, que lorsque la fusion et lunification des trois, me, Corps, Esprit, se seront accomplies totalement, au travers des multiples cycles des jours et des nuits de lunivers.

En attendant, entre le Ciel et la Terre, entre le centre et linfini, entre lalpha et lomga, la lumire, vie donne, soppose aux tnbres, les inhibe, et celles-ci meurent en gnrant laube qui est nais- sance Les tnbres, vie reue, sopposent la lumire, linhibent, et celle-ci meurt en gnrant le crpuscule qui est mort. Cependant, laube est messagre de lumire, elle en est de mme signe, comme le crpuscule est lannonce des tnbres. Une troisime loi, provenant des deux premires, simpose donc; celle dassociation, de couplage, de laube et de la lumire, naissance et activit, du cr- puscule et des tnbres, mort et passivit.

Mais dans lactivit se trouve dj le germe de la mort, de la passivit, comme dans cette dernire se trouve dj le germe de la naissance et de lactivit Cest l la loi de la Vie, la loi cyclique, qui englobe les trois autres, tout en en provenant. Depuis des millnaires, les hommes ont bti des temples, temples aztques ou mayas, hindous ou chinois, grecs ou latins, et, des ziggourats aux cath- drales, ces sanctuaires furent, dans leur harmonie, lexpression des aspirations spirituelles de lhumanit et de sa comprhension des lois universelles.

Parmi ces lieux sacrs, les pyramides dgypte semblent nous apporter, peut-tre de faon plus prcise encore, dans la puret de leur architecture cosmique, un enseignement mystrieux venu du fond des ges.

Nest-il pas en effet tonnant, pour peu quun mirage bienveillant fasse se reflter le sommet de la grande pyramide dans les vagues de sable qui ondulent ses pieds, de dcouvrir en elle un pur dia- mant blouissant de lumire, vibrant de toute linten- sit de son rayonnement? Les cts marquant les quatre orients de la vie sont enchsss entre ses deux new regime canadian band juice, lun au nadir, lautre au znith, dfinissant ainsi les trois dimen- sions de lespace, comme une image tincelante de lunivers lui-mme.

Mais si, dans cette apparence, se trouvait la ralit, si dans limage elle-mme tait aussi le Tout, ce dia- mant ne contiendrait-il pas le secret de la vie, dans ses profondeurs mystrieuses? Ses huit facettes qui jettent mille feux, distribuent, irradient la lumire que son triple foyer a concen- tre en lui, comme si provenant des quatre angles, entre ses deux sommets, leur parvenaient huit forces diffuses.

Les quatre nergies fondamentales des quatre orients produiraient donc huit forces secondaires, perptuant ainsi la loi de polarit, cependant que celles des deux sommets, nadir et znith, Terre et Ciel, en seraient la source polaire, le porche de la trans- formation comme les nomme Wei Po Yang dans le plus vieux trait dalchimie chinoise, Tsan-tung-chi, le centre tant, quant lui, le point focal, le feu central.

Il me suffisait donc de regarder et de me laisser pntrer par cette architecture, pour dcouvrir pro- gressivement les mutations que subissaient la matire et lesprit, dans leur gense et leur accomplissement.

Mais il fallait que je sache aller au-del des appa- rences pour rechercher lintrieur, au centre, leur ralit premire. Cest ainsi que si les six pointes du diamant taient les manifestations extrmes des trois axes, des trois foyers, dfinissant de la sorte deux triples structures complmentaires, lune de rception, lautre de trans- formation, de fusion, ces trois axes eux-mmes je ne pouvais les voir, puisquils sont au-dedans.

Il me fal- lait les imaginer, mais aussi pntrer en esprit jusqu leur point dintersection, au centre. Ce point de croi- sement o ils se confondaient, en tait donc le coor- dinateur, comme si un atome de carbone, matre de la gense, sentourait de six de ses frres et les reliait entre eux, les organisant selon les mmes lois qui avaient prsid leur propre naissance.

LEsprit des Sept tait prsent pour transmettre au diamant les plans de construction de ce temple naturel. Mais ce temple, ce diamant, nest-ce pas en nous-mmes quil se construit prix implant mammaire cicatrice douloureuse instant?

Le centre et les six sommets qui gravitent autour de lui prirent alors une signification toute nouvelle. Cha- cun des sept avait son rle, son esprit particulier, sa conscience propre, complmentaire des six autres. Du fait de leurs relations avec les trois foyers, avec les trois aspects de lunivers, me, espace et temps ou me, corps et esprit, les Sept ne reprsentent- ils pas en effet sept niveaux de conscience dont six seraient complmentaires deux par deux, le dernier en tant le foyer, la lentille de rflexion?

Cest de ce foyer central que huit rayons de lumire, de forces secondaires, irradient vers les huit faces du diamant, gnrs, distribus par sa masse, par les huit petites pyramides internes, triangulaires, ttradriques, prismes de diffraction aux sept couleurs darc-en-ciel, qui se joignent en son centre.

Mais ces huit pyramides ne sont que la substance, lapparence, la manifestation des sept plans de conscience, puisquils en reoivent les polarisations des nergies de vie.

Cependant, ce sont neuf points dappui, neuf centres dnergie, qui transmettent ces forces, qui les diffusent; invisibles mais prsents, on ne peut que les imaginer au foyer, au centre, de ce mme diamant, et au centre de chacune de ses huit faces. Trois foyers, sept plans ou vhicules de conscience, huit prismes de diffraction, neuf points dappui, simposent ainsi moi, lorsque dpassant lapparence des tres et des choses, je mat- tache pntrer leur ralit intrieure et dcouvrir la vie qui les anime.

Nest-ce pas cette connaissance intime que lOrdre du Temple manifestait symboliquement dans la croix templire huit pointes, mais aussi dans larchitec- ture de ses tours octogonales, incluant trois, sept et neuf dans les huit qui en sont la manifestation?

Toutes les Traditions nous amnent bien, aprs les trois, la Trinit, une formulation par sept, depuis les sept notes de la gamme jusquaux sept jours de la Cration dont le dernier, le septime, jour de repos, est aussi jour de synthse, de rflexion, de plnitude Le nombre Sept a toujours t attach un ensemble parfait.

Associant la manifestation, le nombre Quatre, celui des quatre nergies fondamen- tales des quatre orients, au nombre Trois, celui des trois foyers, il marque ainsi la perfection spatio-tem- porelle de la conscience et de ses sept tats. La matire la plus dense, la forme de mon corps physique, a bien la conscience mcanique, analytique, de son organisation harmonieuse, de sa cohsion, mais aussi de sa volont de vivre; tandis que les- prit le plus lev est capable de synthtiser, de tout inclure dans une vision globale, universelle, qui repr- sente en quelque sorte en moi la volont dtre du Divin, sa conscience dtre.

Nest-ce pas cet esprit, cette conscience, qui nous permet daccder cette exprience de la transcendance, du Satori12, dont nous entretiennent les sages, et dans laquelle nous ne sommes plus nous par rapport lautre, mais le Tout dans son unit, sa transparence et sa srnit? Les nergies qui dirigent mon corps, par linter- mdiaire des hormones et des influx nerveux, ont, elles, une conscience instinctive de leurs rgula- tions et de leurs ractions. Toutes les fonctions auto- matiques de mon organisme, jusqu ma facult de.

Cependant, mon instinct spi- rituel, mon intellect, me fait part de sa certitude de participer au grand plan Divin de cration, dactivit et dvolution universelle. Mes motions et mes dsirs gotistes appartiennent, quant eux, au monde changeant dune matire plus subtile encore, faite de haine ou damour, selon que je dsire ou repousse ce qui mentoure, mais faite aussi dintrt ou dindiffrence.

Nanmoins, la conscience intuitive de lAmour Divin et du Don permanent de Sa Vie, se marque dans ma compassion et ma sensi- bilit aux peines et aux joies des autres, dans lamour altruiste que je peux leur porter.

Enfin, le point focal, la lentille de rflexion, le point central du Diamant que je suis, le coordinateur qui permet la confrontation de ma conscience analytique et de la synthtique, de linstinctive et de lintellec- tuelle, de lgotiste et de laltruiste, nest-ce pas mon mental, prt se mettre indiffremment au service de chacune delles, selon que lune ou lautre lemporte?

Cependant, ces sept niveaux de conscience ne correspondent-ils pas sept plans de conscience de lunivers lui-mme, cet univers qui est aussi en moi? La conscience analytique de cohsion est bien celle du rgne minral ragissant mcaniquement aux sollicitations extrieures, tandis que le rgne vgtal a la conscience instinctive de sa vie primitive, de sa vie organique, et le rgne animal, celle motionnelle, gotiste, des dsirs intresss.

Mais dans les vg- taux, la conscience minrale est prsente les min- raux ne sont-ils pas leur nourriture? Lhomme, grce son mental, a conscience de son individualit faite des trois rgnes subhumains qui le composent, et il peut lexprimer dans ses paroles et dans ses crations; mais il peut exprimer aussi limpondrable, limpalpable, de ses trois vhicules de conscience suprieurs, des trois rgnes surhu- mains, faits dintelligence, damour, et de volont dtre.

Lhomme nest-il pas alors le lien entre la Terre et le Ciel, nest-ce pas l son rle? Nest-il pas l, lui qui est le terme central, pour relier les trois plans clestes, les trois Hirarchies angliques, cette quatrime Hirarchie, la hirarchie dmoniaque dont le lan- gage de confusion est celui de Babylone, de la Tour de Babel, et que composent les trois rgnes minral, vgtal et animal, si dissemblables apparemment?

Les Dmons et les Anges, cest en moi quils se trouvent, et en chaque homme, comme ils se trouvent dans lunivers entier. Mais seule, lhumanit peut tre linstrument de lvolution et de la rdemption du monde dmoniaque, car elle seule dtient, avec le mental, le lien qui peut le runir aux hirarchies clestes.

Lucifer, Lviathan, Satan et Blial, ces Anges dchus, ces Princes de la quatrime hirarchie, ces quatre Princes des quatre Orients, sont en moi comme les quatre nergies fondamentales des trois rgnes subhumains, des trois dimensions de la matire. Les trois tentations de Jsus au dsert sont bien.

De mme sont en moi, semblables aux trois dimen- sions de lesprit, les trois hirarchies angliques, Chrubins, Sraphins et Trnes proches du Trne de Dieu, Dominations, Vertus et Puissances de la seconde hirarchie, et enfin Princes, Archanges et Anges de la troisime. Ainsi, chaque instant, je suis un plerin la recherche du Graal, de lmeraude de mon me aux soixante-dix-sept facettes scintillantes, reflets des soixante-dix-sept aspects du Divin, tentant dhar- moniser, dorienter, dduquer, les trois rgnes ter- restres que je porte en moi, et de les sublimer, enfin de les relier aux trois rgnes clestes.

Leurs relations, leur unification, ne peuvent sef- fectuer que par lintermdiaire de mon mental, du mental de chaque homme et de lhumanit entire.

Ce mental, signe de lhomme, apparat ainsi dans sa neu. Mais il est aussi le serviteur de lme, lorsque corps et esprit, en harmo- nie, acceptent librement de devenir les instruments de Sa Volont, de Son Amour, et de Son Intelligence. Mais pour cela il a fallu que mon me grandisse, en extrayant jour aprs jour la quintessence de toutes les expriences vcues dans les tensions et les frictions des deux ralits apparentes du corps et de lesprit, en reliant mes Dmons et mes Anges intrieurs.

Tout a commenc un beau jour, lorsque le Ciel sest cart de la Terre, comme la peau du noyau dune cerise, et quentre les deux, la manifestation, la pulpe, la vie est apparue; lorsque lme, germe divin charg des trois aspects du Pre, du Fils et de lEsprit, de volont, damour et dintelligence, a com- menc saccomplir, en corps et en esprit, au travers des sept niveaux de conscience, des sept vhicules de conscience, dont chacun cherchait supplanter les autres, comme sept vibrations lumineuses qui domi- neraient tour tour.

Cest alors que les neuf points dappui de ces sept vibrations, les Neuf qui sont la marque de la gestation, de lanantissement et de la rdemption, sinscrivirent comme les neuf tapes de leur volu- tion et de leur accomplissement. Au commencement des Temps, lnergie de la Terre, la conscience de la Terre, de la forme, de mon corps, sa volont de vivre, attire par le Ciel, par lesprit, par la vie instinctive, lenfouit en son sein.

Le flamboiement orang des sept sphres du feu central de la Terre, imbriques comme des poupes russes, fut lcrin de cette aube rose tendre, car dans ces sept feux, le Tout tait dj prsent. Mais la vie instinctive enferme, densifie, compri- me comme un gaz dans une montgolfire, vit alors sa force saccrotre en raison mme de cette souffrance: de rose, elle devint rouge et se manifesta sous une forme nouvelle de nature plus leve. Les cinq sens apparurent pour que lautomate qui tait jusqualors, pt, en ressentant son entourage, viter les embches et les dangers qui le guettaient chaque instant.

Mais les sensations lamenrent aussi procrer pour per- ptuer la vie, en dcouvrant lunion des corps et le plaisir charnel. Le corps triple, fait limage des trois foyers, de matire organise, de force vitale instinctive et de fine sensibilit, venait de natre. Le temps scoulait doucement, berant cette vie vgtative de ses ondes cycliques. Cependant, sous limpact des sens, la conscience du corps se transfor- mait et spurait.

Bientt, ltre se mit ressentir en plus le dsir et la haine, la tristesse et la joie, lanxit et la peur, en prouvant profondment toutes ses sensations. Le vert Printemps, avec ses dsirs, naissait de la flamme orange qui continuait briller doucement. La faute originelle ne serait-elle pas l, dans cette nces- sit, ngative et positive la fois, dans cette prise de conscience gotiste et dans la recherche animale.

Ltre en volution, en perdant peu peu son instinct, mais en dcouvrant du mme coup quil pouvait dcider librement, en tant quindividualit, saffranchit des rythmes cosmiques, et de la loi divine, qui jusque-l lavaient guid. Ce ne fut que beaucoup plus tard quil devait les redcouvrir, mais cette fois consciemment.

Cependant, la douleur veillait, car plaisir et douleur sont de mme sorte: dans leur intensit, la caresse du vent ou le souffle brutal de la tempte provoquent lun ou lautre! Lanxit et la peur de la souffrance eurent raison des sens exacerbs et de leurs emballements. Ceux-ci transfrrent leur puissance un autre niveau: gn- rer dautres tres devint un acte sacr et les forces de cration ainsi disponibles furent canalises, orien- tes, vers le mental qui eut alors la possibilit dor- donner, de crer une image intrieure que les mains de lhomme purent raliser.

Son regard sleva vers le ciel bleu dazur qui devint sa limite, succdant au rou- geoiement de ses instincts secrets. Aspirant lnergie de ses sens, et contrlant ses dsirs gotistes, pro- gressivement son mental simposa, prit la premire place. Il recherchait alors la puissance, crant int- rieurement et voulant dominer sur ce qui lentourait. Le temps passa ainsi, le mental puisant peu peu sa soif de pouvoir, ayant tout essay, tout tent Il pensait, linconscient, avoir tout dmontr, ne croyant qu la science, son rationalisme, et lui-mme, se prenant pour le matre de lunivers.

Les dsirs touf- fs ne trouvant en cela que des victoires bien ph. Mais ce ciel dazur prend par contraste plus de profondeur, devenant sombre comme celui que les sommets atteignent dans le cristal tincelant de leurs neiges ternelles. Plus proches de ces cimes, tout en tant conscients de notre petitesse, imprgns de lharmonie vibrante du Ciel et de la Terre, notre intui- tion nous dit alors, et elle dit notre mental, que nous participons, chacun, au Grand uvre Divin, comme chaque fleur, chaque brin dherbe, chaque cristal.

Assur, sublim par cette Intelligence, cette comprhension, lAmour qui nous submerge ne peut que rechercher lUnit, entrevue depuis des mill- naires dans la dualit des sexes opposs. Le Secret de la Fleur dOr13, qui brille au centre dun halo au violet palpitant irradiant la Lumire, la claire Lumire du Vide comme la nomme le Bardo Todol, ce secret nest-il pas l, dans cette recherche alchi- mique, et dans son accomplissement?

Cette recherche, cette lumire, qui, durant des Temps, fut rserve quelques initis admis dans le Saint des Saints, nest-elle pas depuis deux mille ans accessible tous? Ne lest-elle pas depuis que le voile du Temple qui en interdisait lapproche, sest dchir de haut en bas, un certain vendredi, la neuvime heure, lorsque Jsus, criant haute voix, dit: Pre!

Je remets mon esprit entre tes mains! Vivifis par cette lumire, recevant de notre me divine Sa conscience dtre, Son amour infini et Son intelligence, pouvons-nous refuser den tre linstru- ment? Lien entre lAbsolu et le monde des formes notre me nous permet de pntrer dans les sphres abstraites de notre esprit tout en lui permettant de sappuyer sur lensemble concret de la matire. Esprit triple, me triple, Corps triple, chacun limage des trois foyers, et tous ensemble encore cette mme image, les Trois sont galement Neuf.

Le diamant octadrique qui les englobe tous dans ses neuf points dappui, centres de ses huit faces et point central de sa masse, le diamant nest-il pas lhomme lui-mme enfin unifi? Cependant, les huit pyramides qui composent ce diamant, continuent transmettre mcanique- ment les forces secondaires des quatre orients, les gnrent, les distribuent. Mais ces huit forces ne sont quapparence et manifestation, elles ne sont que lef- fet de la seule ralit essentielle des sept vhicules de conscience et de leurs neuf points dappui faits des triplicits du corps, de lme, et de lesprit, les trois foyers de lHomme.

Dans leur volution, depuis la nuit des Temps, les Trois et les Sept, par lintermdiaire des Neuf, amnent ces forces lumineuses sharmoniser, se purifier, polissant la surface et clarifiant la masse des. La grande Nature dans ses divers composants, atomiques, molculaires, cellulaires, organiques.

Il en est bien ainsi dans lorganisation des lments simples composant la matire Tous ces lments, de lhydrogne au cent dix-huitime actuellement connu, se groupent en sept priodes, cest--dire en fonction de la couche sur laquelle gravitent leurs lectrons priphriques, et il y a sept couches, comme il y a sept plans de conscience!

Mais si lon considre que le noyau central ordonne progressivement autour de lui ces sept couches dlectrons, ce sont donc huit structures particulires au terme desquelles on trouve les lments radioac- tifs de la dernire priode, autrement dit les lments gnrateurs, distributeurs dnergie.

De mme, chaque priode, mise part la premire, et nous avons vu pourquoi en parlant de lhlium dont les deux lectrons marquent le nadir et le znith du monde atomique, chaque priode doit donc, pour tre complte, possder huit lectrons gravitant en surface: non, argon, krypton, xnon, radon, ces 15 Voir Table Priodique des lments simples, chapitre La priode suivante peut alors tre gnre, et la couche suivante se remplir avec un, puis deux, puis trois, et jusqu huit lectrons, dfinissant de la sorte huit nouveaux lments.

Cependant, le noyau de chaque lment simple comporte des neutrons et des protons. Le neutron apparat ainsi, dans sa neutralit, comme le neu- vime aspect de larchitecture atomique, en rglant en quelque sorte lvolution. Nest-ce pas le neutron que lon trouve lorigine des particules lmentaires et donc de chaque atome et de chaque toile, et le neu- tron encore qui subsiste dans les trous noirs o les toiles mourantes disparaissent jamais, aprs avoir t soleils, super novae, naines blanches et pulsars16?

Lensemble des lments simples forme des mol- cules. Les quatre bases azotes qui jouent ensemble par triplets sur chacune des fibres de la double hlice dADN, dfinissent huit secteurs orients et de polarit inverse, quatre sur chacune des deux fibres Cependant, les Sept et les Neuf sont galement prsents dans les soixante-quatre triplets qui repr- sentent toutes les mutations que peuvent subir ces quatre bases, ces quatre nergies fondamentales, en jouant trois par trois, accomplissant ainsi les trois fonctions des trois dimensions de lespace, des trois foyers Quest-ce donc qui relie Sept, Neuf et Soixante- quatre?

La chromothrapie, utilisant des faisceaux de lumire colore pour traiter certaines atteintes pathologiques des divers composants du corps humain, a dfini sept frquences hertziennes, de 2,5 mga-Hertz, chacune des six dernires fr- quences tant double de la prcdente La dernire frquence, la septime, est ainsi 64 fois plus grande que la premire La mme relation sapplique aux 64 triplets dont lorganisation en sept vibrations, en sept plans de conscience dont ils seraient les supports, se dfinit de manire similaire: Les nombres de 1 7, pris dans le sens particulier de sept structures ou plans relis les uns aux autres, sont bien en relation analogique avec sept vibrations dont la seconde est double de la premire, la troi- sime double de la seconde.

De leur ct, les trois triplicits du corps, de lme, et de lesprit, les Neuf qui marquent et permettent lvolution, lui sont galement indisso- lublement lies, puisque les 63 sont Neuf fois Sept21! Ces Neuf servent ainsi de points dappui aux sept vibrations. Formes de molcules, les cellules se groupent en organismes. L encore, les quatre nergies, vitale, ali- mentaire, respiratoire et ancestrale, en relation avec les trois foyers, vont rpondre aux mmes critres dorganisation, de distribution et dvolution.

Sept groupes principaux de glandes endocrines22 scrtent des hormones qui ne sont autres que des nergies spcialises et en mouvement, semblables un faisceau de lumire aux sept couleurs darc- en-ciel, comme si les sept plans de conscience, et nest-ce pas l une ralit, jouaient ce niveau la mme symphonie lumineuse. Leur coordination, leur rgulation mcanique et cyclique, est soumise un chef dorchestre, le centre suprieur neuro-vgtatif de lhypothalamus, dont les courants daction sont galement hormonaux Ce sont donc ces huit groupes endocriniens qui envoient des messages et qui les distribuent, gn- rant en quelque sorte les diverses fonctions physiolo- giques dont ils assurent la rgulation.

Cest enfin le cerveau qui, neuvime composant. Coloris bleu azur. Disponible en 32 kg et 40 kg sur demande. Vendues par paire. Charge maximale : kg. Il se replie pour un rangement optimal.

Paire de sangles pour le travail des abdominaux en suspension sur bras. Compatible avec la cage cross training. Barres de traction sur le haut de la cage. Notice de montage incluse.

Les trois box sont empilables pour un rangement plus facile. Taille ajustable par scratch. Fermeture par scratch. Paume Vinyle. Paume cuir. Couleur noir. La paire. Paume ouverte avec protection pouce. Remplissage avec des chutes de textiles. Serrage par 2 bandes velcro.

Mousse EVA et mousse confort pour une absorption maximale des impacts. Serrage par bande scratch. Poids des lests : 55 gr chacun. Se gonfle avec le souffleur ou grossesse et perte du poids pompe. Socle permettant de stabiliser le ballon.

Empilable pour un rangement moins encombrant. Disponible soit en version sans pieds en 15 cm de haut, soit avec deux rehausses permettant ainsi une hauteur de 19 cm. Les rehausses se rangent sous le step. Disponible en noir, vert lime ou en bleu. Coloris framboise. Ce chariot peut contenir au maximum 30 steps. Vendu plateforme seule ou plateforme avec 4 blocs rehausse.

Suspension durable par double ressort. Option pieds repliables pour un rangement plus facile : nous consulter. Comporte 4 disques. Bonnet de bain en latex blanc. Elles offrent une autonomie de 70 h en mode continue et plus de h en mode clignotant. En nylon D waterproof. Fixation sur chaussure par crochet.

Coloris : noir. A1 : Temps au tour et temps total. Il vous permet de comptabiliser les pas, de mesurer la distance parcourue. Totalement automatique. La mesure se calcule alors en quelques secondes. Livraison vert ou bleu suivant arrivage. Coloris suivant arrivage. Arja JalkanenMeyer - pages - Collection Outdoor. Vendu avec disque et embout de pointe. Sangle de transport. Coloris Transparent.

Hauteur 9 cm, surface de contact ovale de 9 x 6 cm. Fonctionne avec 2 piles fournies. Les picots apportent sensations et douceur lors de la manipulation ou du massage. Balle PVC aux picots durs, pour un massage tonic et circulatoire de tout le corps. Balle gonflable souple et rebondissante. Coloris Jaune. Le lot. Coloris Orange, Vert et Rose. Balle de manipulation au toucher granuleux.

Toucher lisse. Ballon en plastique robuste, doux et dynamique pour la manipulation. Valve caoutchouc pour le gonflage.

Bon rebond. Coloris jaune, rouge, bleu. Livraison coloris assortis. Doris St Arnaud. Ballon en caoutchouc. Faible rebond. Fabrication allemande. Coloris bleu, jaune ou rouge suivant arrivage. Taille 5. Taille S. Gonflage avec aiguille et compresseur. Gonflage avec souffleur. Tailles adultes. Vendue avec une aiguille, un adaptateur et un embout de gonflage.

Maxi : 3 bars. Aucune couture de fond. Sac de rangement ultra volumineux. Coloris Bleu et orange. Grand sac de sport en nylon deniers enduit de PVC. Avec 2 roulettes.

Contenance L. Verrouillage possible par cadenas non fourni. Chariot pour rangement ballons. Couvercle pour fermeture par cadenas non fourni. Coloris Sable. Contenance Poids Dimensions. Porte pivotante avec ouverture et fermeture rapide. Charge totale admissible kg. Chariot de rangement sur roulettes de grand volume. Fermeture par taquet cadenassable cadenas non fourni. Charge par tablette 50 kg.

Col et tour de manches avec collerettes de finition dans la couleur du corps. Fort retentissement. Largeur 1,6 cm.

Diamant Chauve

Batteries rechargeable. Coloris disponibles : bleu, jaune, rouge et vert. Le pack. En mousse compact. Poteaux filet mini tennis, badminton et indiaka Mini filet pliable. Montage et pliage ultra rapides. Se pratique avec la main ou avec une raquette. Il se gonfle en quelques secondes avec la power pompe. Dans la limite des stocks disponibles. Petits coussins en PVC. Plus vous les gonflez, plus ils rebondissent.

Les picots vous apporteront des sensations tactiles. Charge max : kg. Coloris Jaune et Bleu. A positionner entre 3 sommets haut ou bas. Bande en vinyle souple. Vendue barre seule, sans les plots. Existe en 4 m, 8 m ou en croix. Photo ci-dessus. Utilisables au sol ou en combinaison avec des briques ou des balises de jeux. Il vous permet de constituer 3 obstacles complets : enjambement, slaloms et tunnels.

Coloris multicolore. Permet de construire un chemin tortueux de 7,20 m. Pliable pour un rangement facile. Javelot ludique pour les plus jeunes. Les picots vous procurent un toucher stimulant. Anneaux souples en caoutchouc. Usages multiples. Palets utilisables pour les jeux de lancer. Balle vinyle souple pour jeux de lancer. Cible pour lancer. Utilisable avec des frisbees, et toutes sortes de balles. Armature acier. Si la balle tombe!

De formidables parties de plaisirs en vue. Ballon gonflable. Plateforme plastique, poids maximum 50 Kg. Il est sans danger. Traitement Sanitized. Cube Long. Elles sont associatives par bandes velcro sur le pourtour. Ces dalles se solidarisent entre elles par bande velcro. Sol de pratique gymnique enroulable pour une installation rapide.

Dessous antiglisse. Mousse naturelle souple NBR pour un confort exceptionnel. Avec bande velcro sur toute la longueur et la largeur. Chariot acier peint blanc. Repliable en bande de 50 cm de large pour un rangement facile.

Hauteur 33 cm. Leroux, pages - Ed. Doutreloux - pages - Ed. Calais-Germain pages - Ed. Lamotte - B. Calais-Germain - pages - Ed. Kolb - F. Miltner - pages - Ed. Gaubert - V. Bauret - O. Beraguas - E. Bonnaventure - M. Respiration : passive ou active? Choque - Comment prendre du poids ado enceinte. Waymel - pages en couleurs photos et dessins - Ed.

Gauthier - pages - Ed. Curraladas - pages - photos - Ed. Decurtins- pages - Ed. Pauly - pages couleurs photos Ed. Pradet - pages Ed. Carrio - pages couleurs photos - Ed. Rieth - 80 pages - Ed.

Choque et L. Gaudin - pages - Ed. Delavier M. Gundill - pages - Ed. Nelson, J. Kokkonen - pages - Ed. Cet ouvrage vous propose plusieurs programmes. Le Bivic - pages - Ed. Souchard - Ed. Calais-Germain B. Raison - pages - Ed. Calais Germain - 85 pages - Ed. Bernadette de Gasquet travaille sur le sujet depuis plus de 30 ans. Louvard - pages - photos Ed. Choque - O. Quentin - pages couleurs dessins - Ed. Schunn - E. Trunz-Carlisi - pages Ed. Revue EPS. Baron - F. Brunet et C.

Verret - pages Ed. Lamarque - pages - Ed. Profit - P. Lopez - pages couleurs - 75 dessins Ed. Delavier, M. Gauthier - pages - photos - croquis anatomiques -Ed. Comment lui donner une valeur? Van Craenenbroeck pages - Ed. Pourcelot - pages - Ed. Mompo - pages Ed.

Marckhgott - 80 pages - Ed. Calais-Germain - B. Isacowitz - K. Clippinger - pages - Ed. Matthews - pages Ed. Il existe de nombreuses formes de yoga, mais toutes ont en commun de tonifier le corps en profondeur et en douceur, sans le brusquer.

Cusson - pages - Ed. Hainbuch - 80 pages Ed. Habersetzer - S. Un guide qui transformera votre ville en salle de sport! Son objectif? Une discipline en plein essor qui associe musculation au poids de corps et gymnastique. Sanna - pages - Ed.

Arja Jalkanen-Meyer - pages - Ed. Un manuel concret et exhaustif. Justement, pas toujours. La marche nordique et les autres disciplines nordiques vous maintiennent en forme et vous permettent de garder la ligne. Usmer - M. Rollet - 80 pages - Ed.

K Schutt - pages - Ed. Wagner - 96 pages - Ed. Conseils et mises en garde pour optimiser vos gestes sans risque de provoquer de douleur. Saublens - pages - Ed. Choque - pages couleurs - Ed. Besson - Ph. Vanroose 80 pages Ed. Texier - pages - illustrations - Ed. Catteau et A. Catteau - C. Renforcer la musculature. Eliminer les tensions. Avec L ucy Knight. Suite du niveau fondamental. Doris St. Au programme de ce dvd, tous les exercices et enchainements pratiques pour renforcer les abdominaux.

Mallier L. Moreau J. Roy A. Moreau P. Khazani G. Harraca-Taulet J. Akermann 90 min L. Vital et J. Garcia A. Harraca-Taulet A. Mallet A. Khazani J. Mallier A. Godiane J. Mellet, A. Khazani M.

Version anglaise. Affinez, renforcez, tonifiez la silhouette et sculptez les zones cibles de votre corps. Nancy vous propose un cours de renforcement musculaire tout en dansant. Nancy propose un cours de renforcement musculaire avec accessoires au rythme de la musique.

Lamouroux et S. Musique F. Burvingt et G. Huet - S. Huet - P. Les chansons des plus grands auteurs. Salvador, G. Brassens, Bourvil, C. Rossi, R. Ventura, etc.